En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal AgroParisTech

SAD-APT UMR INRA Agroparistech

Kévin Morel

Microfermes - Maraîchage agroécologique - Viabilité - Agriculture urbaine - Conception et gestion de systèmes durables
photo_kevin_morel-120

Kévin Morel

Post-doctorant

UMR SAD-APT INRA/AgroParisTech

AgroParisTech - 16, rue Claude Bernard – 75231 PARIS Cedex 05

Courriel : kevin.morel@agroparistech.fr

Tél. +33 (0) 1 44 08 17 75

Présentation
Publications
Curriculum Vitae

Présentation

Ingénieur agronome diplômé d'AgroParisTech, spécialisé en ingénierie de l'environnement.  Il a eu la chance de se familiariser avec les concepts de l'agroécologie dans des contextes de terrain très variés : la gestion d'une plantation de café biologique en agroforesterie dans une réserve amazonienne au Pérou et la microagriculture maraîchère familiale et communautaire en Irlande.

Lors de son stage de fin d’étude d’ingénieur il a participé au développement d'un outil de conception collective de systèmes fourragers (le rami fourrager) dans le cadre du projet CASDAR PRAICOS (Prairies-Conseil-Système).  Puis, il a travaillé pendant un an sur le compromis production-environnement dans les systèmes bovins viande dans le cadre du projet CASDAR SALENPRO.  Très intéressé à titre personnel par le maraîchage agroécologique et la permaculture, il s'est formé bénévolement à la ferme du Bec Hellouin où il a rencontré les acteurs du projet de recherche « Maraîchage biologique en permaculture et performance économique ». Cette rencontre fut suffisamment fructueuse pour lui donner envie de consacrer sa thèse à ce sujet.

Projets en cours

2014 – 2016 Doctorant au sein de l’équipe Agricultures urbaines de l’UMR SAD-APT sous la direction de François Léger et avec le financement de la Région Ile-De-France (DIM ASTREA)

Le sujet de sa thèse de doctorat porte sur la conception et la gestion de microfermes maraîchères agroécologiques viables. Par microfermes, on entend ici des fermes dont l'objectif est d'être viables sur de très petites surfaces et qui pourraient donc être adaptées à des espaces sous forte contrainte foncière comme le milieu urbain. Cette recherche de viabilité peut se traduire concrètement par :

  • une intensification de la production par unité de surface via des associations de culture, de l'agroforesterie, de nombreuses successions de culture dans l'année ;
  • une grande diversité de produits au cours de l'année pour répondre aux besoins de la vente directe (paniers ou étales de marché) ;
  • une revalorisation du travail à la main pour limiter les investissements de mécanisation, réduire la dépendance aux énergies fossiles et réaliser des actions plus complexes qu'une machine ;
  • une recherche globale d'autonomie (bouclage local des cycles de matière) et de maintien de l'intégrité fonctionnelle de la ferme (état sanitaire global).

Ces systèmes qui semblent susciter de plus en plus d'intérêt au niveau de la société mais qui restent cependant très peu étudiés par la recherche sont un terrain passionnant pour réfléchir à la durabilité en agriculture.

2014 – 2016 Participation au projet CASDAR SMART (Systèmes maraîchers en agroforesterie : création de références techniques et économiques )

Publications

  • Morel, K., Léger, F., 2016. A conceptual framework for alternative farmers’ strategic choices: The case of French organic market gardening microfarms. Agroecology and Sustainable Food Systems (40): 466–492.
  • Morel, K., Guégan, C., Léger, F., 2016. Can an organic market garden based on holistic thinking be viable without motorization? The case of a permaculture farm. Acta Horticulturae (1137): 343–346.
  • Léger, F., Morel, K., 2016. Social anchoring in the community and the design of viable organic market gardening microfarms.  Acta Horticulturae (1137): 267–274.

Curriculum Vitae

Kevin Morel : Docteur en agronomie, a réalisé sa thèse sur la viabilité des microfermes maraîchères biologiques, avec une partie de l'étude menée à Londres. Il s'intéresse particulièrement à la durabilité des pratiques agricoles et des stratégies des néo-paysans, dont le projet de vie et de production est fortement influencée par l'urbanité au sens large : origine et culture urbaine des praticiens, proximité des villes, volonté de s'intégrer dans une logique de transformation des systèmes alimentaires urbains, sources d'inspirations alternatives comme la permaculture, le maraîchage biointensif ou l'agriculture naturelle.