En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal AgroParisTech

BIOGER

BIOlogie et GEstion des Risques en agriculture - Champignons Pathogènes des Plantes

Axe 2 - Réponses adaptatives des agents pathogènes à leur environnement abiotique : de l'échelle individuelle à l'échelle populationnelle

flag-eng

Dans ce deuxième axe, notre objectif est d'avancer dans la compréhension de l'adaptation des populations pathogènes aux facteurs abiotiques (principalement les conditions climatiques), en plus de la pression sélective exercée par les variétés hôtes et les fongicides. L'un de nos principaux défis consiste à produire des connaissances qui aident à comprendre comment les populations de pathogènes sont affectées par la variation spatio-temporelle des conditions climatiques à la surface des feuilles et, in fine, à comprendre comment ces populations pourraient s'adapter au changement climatique. Nous développons pour cela des stratégies expérimentales permettant de caractériser la diversité phénotypique des réponses des populations (Puccinia striiformis et Zymoseptoria tritici) aux variations de température à différentes échelles spatio-temporelles (zones climatiques contrastées et fluctuations saisonnières locales). En combinant ces approches expérimentales à la modélisation, mêlant concepts de biologie thermique et d'écologie évolutive, nous tentons de renouveler la question de l'"adaptation à la température" en épidémiologie végétale, mise en exergue par la problématique du "changement climatique". Ce troisième axe stratégique est largement structuré par les collaborations que nous développons depuis plusieurs années avec EcoSys.

Deux questions principales peuvent être mentionnées :

L'adaptation à la température peut-elle expliquer l'émergence de nouvelles races de Puccinia striiformis par leur avantage compétitif ? (cas d'une population d'agents pathogènes structurée par son mode de reproduction clonale)

Les épidémies de rouille jaune sont récurrentes et déterminées par une succession rapide dans le temps de races de P. striiformis, caractérisées phénotypiquement par leur spectre de virulence vis-à-vis de variétés de blé cultivées (voir axe 1). Une part importante de nos activités consiste à suivre cette dynamique d'alternance à l'échelle française, européenne et mondiale. Nous étudions l'adaptation à la température des nouvelles souches invasives (PstS1, PstS2, Warrior+, Warrior-, Triticale). Dans un passé récent, nous nous sommes concentrés sur les populations françaises, d'Europe du Sud et du bassin méditerranéen dans le cadre de la thèse de Bochra Bahri, d'Asie centrale dans le cadre de la thèse de Sajid Ali, et du Moyen-Orient dans le cadre de la thèse de Rola El Amil. Une analyse récente combinant des résultats expérimentaux et une approche de modélisation a permis de tester si l'aptitude thermique favorisait la propagation des différentes souches, en comparant leur efficacité d'infection et leur période de latence à différentes températures sur des variétés de blé sensibles. Le profil thermique généraliste des isolats Warrior a ainsi été confirmé, avec une capacité intermédiaire à tolérer le réchauffement, alors que les isolats du sud sont ressortis comme étant mieux adaptés aux conditions chaudes bien que ne possédant pas les virulences nécessaires pour se développer sur les variétés actuelles. Ce type de recherche se poursuit dans le cadre du projet européen H2020 RustWatch, dont l'objectif est de comprendre l'avantage sélectif des nouvelles souches invasives de P. striiformis, plus agressives et tolérantes aux hautes températures que les souches plus anciennes spécifiques des zones tempérées (Nord de la France) et du bassin méditerranéen (Tunisie).

P08
Quel est le potentiel d'adaptation des populations de Zymoseptoria tritici aux fluctuations de température à différentes échelles spatio-temporelles ? (cas d'une population d'agents pathogènes structurée par son mode de reproduction sexuée)
P09

Cette question a fait suite à la thèse de Frédéric Bernard, dans laquelle la réponse de Z. tritici à la température de feuille avait été caractérisée finement. Une série de résultats expérimentaux a ensuite montré que les fluctuations saisonnières de la température pouvaient conduire à une sélection à court terme de Z. tritici sur la base de des traits d'agressivité (capacité de sporulation, période de latence). Ces travaux de recherche se sont poursuivi avec la thèse d'Anne-Lise Boixel en collaboration avec EcoSys. Le phénotypage thermique de Z. tritici a ainsi permis de mettre en évidence des différences dans les patrons d'adaptation à la température entre différentes populations euro-méditerranéennes échantillonnées dans des zones climatiques contrastées tout en confirmant l'existence de patrons d'adaptation saisonniers. Les conséquences de cette variation phénotypique interindividuelle des réponses à la température (plasticité) sur la dynamique adaptative des populations ont été explorées par des expériences de mark-release-recapture, conduites à la fois dans des conditions contrôlées et naturelles. Un modèle spatialement explicite simulant les changements temporels de la composition phénotypique d'une population en réponse aux variations thermiques de son environnement est actuellement en cours d'élaboration.