En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal AgroParisTech

BIOGER

BIOlogie et GEstion des Risques en agriculture - Champignons Pathogènes des Plantes

Axe 3 - Processus épidémiologiques centrés sur l'inoculum : impact de la période inter-épidémique sur la dynamique adaptative des populations pathogènes

flag-eng

Les processus épidémiologiques à l'origine de la dynamique des épidémies polycycliques ont été très étudiés dans notre équipe au cours des deux dernières décennies. Nous nous sommes notamment intéressés aux déterminants des stades précoces des épidémies, aux différentes composantes du cycle de vie pendant la saison de culture (période épidémique) et à la survie des agents pathogènes entre deux saisons (période inter-épidémique). Pour cela, la comparaison entre rouilles et septoriose, pour lesquelles la reproduction sexuée joue un rôle très différent, s'est avéré particulièrement pertinent. Les espèces biotrophes strictes Puccinia triticina et P. striiformis ne peuvent se développer, et donc survivre localement pendant la période inter-épidémique, que sur des tissus de blé vivants (culture de l'année ou repousses de blé), tandis que Zymoseptoria tritici, en complétant son cycle par une phase de reproduction sexuée, se conserve sur résidus de blé sous forme saprophyte.

Les travaux de recherches portant sur la structure des populations de P. striiformis, menés dans le cadre de la thèse de Sajid Ali, ont illustré la grande diversité des populations de rouille jaune dans la région himalayenne et suggéré que la reproduction sexuée y joue un rôle. Parallèlement, l'impact des repousses du blé sur la survie locale de P. triticina a pu être établi lors d'une étude épidémiologique menée dans le sud-ouest de la France à une échelle pluriannuelle, en comparant la structure pathotypique des populations collectées sur blé pendant une saison de culture avec celle des populations collectées sur des repousses pendant la période inter-épidémique. Par ailleurs, des tentative de reproduction sexuée ont commencé en 2015, sur rouille brune et jaune, avec des croisements réussis de P. triticina sur l'hôte alternant Thalictrum sp.

P10

Les stades précoces des épidémies de septoriose (quantité, efficacité et origine de l'inoculum primaire) ont été étudiés dans la thèse de David Morais. Nous avons établi que la quantité d'inoculum primaire était rarement limitante en début de saison. Nous avons également montré que l'adaptation de la population pathogène locale à la variété hôte dominante pouvait être détectée phénotypiquement, suggérant que cette adaptation pourrait être prise en compte pour optimiser le déploiement des résistance à l'échelle du paysage. Ce travail a été complété par des études plus fondamentales sur les déterminants et les conséquences de la reproduction sexuée chez Z. tritici à différentes échelles spatio-temporelles. 

P11

Nos recherches sur cette question se poursuivent avec la thèse de Lydie Kerdraon, dans laquelle l'ensemble de la communauté fongique et bactérienne associée aux résidus de colza et de blé a été caractérisée en combinant des techniques de microbiologie classique, de  métagénomique à haut débit et d'analyse de réseaux d'interaction. Nous avons mis en évidence que les résidus de cultures sont une plateforme essentielle, soumise à des changements saisonniers, qui devrait, en tant qu'écosystème à part entière, être prise en compte pour contrôler les agents pathogènes dont les résidus sont la principale source d'inoculum (ex. Z. tritici et Leptosphaeria maculans). Ces travaux ouvrent la voie à de nouvelles perspectives en matière d'identification de micro-organismes présentant des activités antagonistes de Z. tritici, à la fois pendant ses phases asexués et sexués.

La capacité des associations variétales à réduire l'intensité des maladies pendant la période épidémique via les effets de l'architecture des plants de blé est étudiée depuis plusieurs années dans notre équipe en collaboration avec EcoSys, sans que l'adaptation des populations pathogènes au peuplement hôte n'ait été ouvertement prise en compte (voir axe 1). La thèse de Carolina Orellana-Torrejon vise à comprendre comment une virulence récemment apparue dans les populations de Z. tritici (AvrStb16q) se transmet à l'échelle pluriannuelle, c'est-à-dire d'une saison de culture à l'autre, en prenant en compte l'impact de l'hétérogénéité du peuplement pendant la phase de multiplication asexuée puis de reproduction sexuée. Notre stratégie de recherche combine une approche expérimentale conduite à l'échelle populationnelle (évaluation du changement des fréquences de virulence et des niveaux moyens d'agressivité au sein du couvert) et une approche de modélisation mécaniste (simulation de processus biophysiques).

Entre deux saisons de culture la taille et la composition de la population pathogène changent. Elles sont influencés par la capacité des espèces à survivre localement, puis par l'intensité des transferts d'inoculum de parcelle à parcelle (flux de gènes). Nous avons montré que les résidus de blé, support de la reproduction sexuée, sont les principales sources d'inoculum primaire de Z. tritici, et que des repousses de blé peuvent constituer des sources d'inoculum significatives chez P. triticina. Nous abordons désormais la question de l'impact de ces sources locales d'inoculum (par rapport aux sources lointaines) sur la capacité des populations pathogènes à s'adapter aux peuplement hôtes en prenant en compte la diversité variétale à des échelles allant de la parcelle au paysage. Notre ambition est de relier les problématiques "récurrence pluriannuelle des épidémies" et "déploiement des résistances variétales", qui ont jusqu'à présent été traitées séparément.

P12