En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal Logo AgroParisTech

Economie Publique

UMR Economie Publique

Recrutement

Contrats :

Assistant de recherche pour le projet API-SMAL

Profil et tâches :

Master 2 en sciences de l’environnement, ou agronomie, ou informatique, ou économie.

Un intérêt pour la recherche et les projets interdisciplinaires est nécessaire, ainsi qu’une capacité de lecture critique et de synthèse d’articles scientifiques en anglais. Une expérience de modélisation informatique (R ou gams notamment) serait un plus.

 

L’Ingénieur d’étude recruté assistera le porteur du projet sur trois missions :
 

  • Une assistance dans la gestion du projet, la coordination des actions et l’organisation de l’animation (mission mineure).
  • Un travail de contrôle et d’homogénéisation des productions des différentes équipes, et notamment la revue critique de la base de données créée à partir de l’analyse de la littérature (mission principale en début de contrat).
  • Un travail d’implémentation de différents leviers agroécologiques dans un modèle économique d’offre agricole (programmation mathématique, optimisation sous contrainte) permettant la simulation des différents scénarios agroécologiques produits par le projet (mission principale ensuite).

Contexte scientifique :

Le projet API-SMAL (Agroecology and Policy Instruments for Sustainable Multifunctional Agricultural Landscapes), financé dans le cadre du Laboratoire d’Excellence BASC (Biodiversité, Agroécosystèmes, Société, Climat), porte sur l’étude de scénarios agroécologiques pouvant être mis en oeuvre pour améliorer la performance des agroécosystèmes, et sur les arbitrages entre différents enjeux de durabilité de l’agriculture à l’échelle des territoires.

 

Dans ce cadre, un travail d’indentification de différents leviers agroécologiques relatifs à différents enjeux (protection des cultures, stockage du carbone et réduction des émissions de GES, réduction de la pollution, protection de la biodiversité et des services écosystémiques qu’elle rend…) a été réalisé et servira de base à la construction de scénarios multi-leviers et multi-enjeux.

 

Un travail de coordination entre les différentes équipes de disciplines différentes est nécessaire pour articuler leurs travaux.

Durée :

9 mois, à partir du 1er octobre 2018

Lieu :

INRA, Campus AgroParisTech de Grignon

Salaire :

Rémunération au grade « ingénieurs d’étude » à l’INRA, dépendant de l’expérience (montant net d’environ 1700 euros mensuels pour premier poste)

Contact :

Vincent Martinet (DR INRA, Economie Publique), vincent.martinet@inra.fr

 

Candidatures à envoyer par email avant le 15 aout (CV + lettre de motivation). Réponse fin aout et entretien première semaine de septembre au plus tard

Télécharchement :

Offre assistant de recherche API-SMAL

Meta-analysis of numerical models for agroecology

Profil et tâches :

The successful candidate should have a Master degree (or engineer degree) in informatics, or a research experience (PhD, engineering) based on applied informatics to a relevant field (e.g., environmental or natural resource modeling).

A strong expertise in one particular discipline is not required; rather the candidate should be open to integrate relevant issues of different disciplines in a common framework.

The candidate is expected to have good programming skills (in particular on script programming to interface different models), as well as a strong interest and skill in applying modelling in a multidisciplinary context.

Contexte scientifique :

Applications are invited for a research assistant / engineer position at the French National Institute for Agricultural Research (INRA). The successful candidate will be part of an interdisciplinary research project on the trade-offs and synergies among ecosystem services across spatial scales (“Agroecology and policy instruments for sustainable multifunctional agricultural landscapes”), financed by the Labex BASC (www.inra.fr/basc).

He/She will be supervised by Francesco Accatino (INRA-AgroParisTech, SAD-APT, Paris) and Simon Labarthe (INRA, MaIAGE, Jouy-en-Josas).

The objective of the position is to explore the trade-offs among different ecosystem services (including food production) at multiple spatial scales through a meta-analysis and exploration of existing numerical models dedicated to different fields of agroecology (e.g., land use optimization, epidemiology, population ecology, agronomy, economics).

The tasks devoted to the successful candidate are:

  1. To study and understand the different numerical models of the project, in dialogue with the researchers that developed them,
  2. to formalize a set of exploratory scenarios defined with the partners of the project,
  3. to develop input/output interfaces to adapt the scenarios to the models and implement the meta-analysis,
  4. to develop post processing tools to aggregate, analyze and visualize the model outputs,
  5. to perform a sensitivity analysis of the different models to enhance the discussion of the meta-analysis.

Durée :

18 months

Lieu :

INRA, Paris and/or Jouy-en-Josas

Salaire :

The position is funded for 18 months, with a gross monthly salary varying from 2300 to 2500€ (depending on experience). The position could start as soon as the 1st of July, 2018.

Contact :

Applications, including a CV, a cover letter and a list of references with contact details, should be sent by email (subject: "API-SMAL research engineer application") to Vincent Martinet (vincent.martinet@inra.fr), Francesco Accatino (francesco.accatino@inra.fr) and Simon Labarthe (simon.labarthe@inra.fr) before the 1st of May, 2018.

Auditions will take place between May 14 and May 16, with a decision on May 20. Later applications may be considered if the position is not filled.

Télécharchement :

Offre api_smal

Modélisation agro-économique et changement climatique autour de l’eau agricole

Profil et compétences recherchées :

  • Formation souhaitée d’un ingénieur avec un bagage économique ou d’un économiste niveau M2 avec de l’appétence pour la modélisation ;
  • Capacité à utiliser et enrichir des modèles de programmation mathématique (optimisation) ;
  • Compétences en agronomie et modélisation agronomique bienvenues ;
  • Maitrise appréciée de l’utilisation du logiciel GAMS (optimisation numérique), connaissances appréciées en R (statistiques, information géographique), Shell Unix/Linux, Fortran … ;
  • Capacité à rédiger en anglais et en français

Cadre et tâches à accomplir :

  • Participation au programme interdisciplinaire PIREN-Seine (coordonné par le CNRS et l’Université PMC / Paris VI), avec focus sur la problématique de l’usage et de la pollution de l’eau sur le bassin de la Seine ;
  • Développement dans le modèle agro-économique AROPAj des modules liant l’eau et l’azote aux rendements de culture intégrant des éléments du modèle de culture STICS développé par l’Inra, et mise à jour des fonctions de perte d’azote (nitrate, protoxyde d’azote, ammoniac) ;
  • Exploitation du modèle dans différents contextes de changement climatique, de politique publique et de développement de systèmes productifs agricoles à bas niveau d’intrant ;
  • Analyse multi-échelle (exploitation agricole, région, bassin ou état membre de l’UE) ;
  • Rédaction d’article en qualité de co-auteur

Durée :

à compter du 1/12/2018 ; durée minimale souhaitée de 6 mois ; possibilité de prolongation jusqu’au 31/12/2019 voire au-delà si pérennisation du programme

Lieu :

INRA, UMR Economie Publique, Thiverval-Grignon (78850), accès train banlieue Paris-Montparnasse

Conditions :

Rémunération grille IE2 ou IR2, selon diplôme et expérience

Contact :

Pierre-Alain Jayet ou pierre-alain.jayet@inra.fr

Stages :

Evaluation économique des potentiels et coûts de stockage de Carbone dans les sols agricoles en France

Profil et tâches :

Ce stage mêlera revue de littérature et modélisation, dans des proportions à déterminer avec le.a futur.e stagiaire.

 

La revue de littérature portera sur les analyses économiques des instruments de politique environnementale en présence d’incertitude, de caractéristiques dynamiques (combinant un stock et des flux), et dans un contexte de second rang où seule une partie des émissions peut être couverte par l’instrument de politique publique.

 

Pour la partie modélisation, un ensemble de pratiques agricoles ayant un impact sur la réduction des émissions de GES et/ou le stockage de carbone dans le sol seront intégrées dans un modèle micro-économique d’offre agricole (AROPAj), afin d’analyser les arbitrages entre réduction des émissions et séquestration du carbone. Concrètement il s’agira de simuler leur coût de mise en œuvre des différentes pratiques, et de tester l’effet d’instruments incitatifs simples comme un paiement à la tonne de C stockée.

 

Compétences recherchées :

  • Bases en micro-économie, économie de l’environnement et des ressources naturelles, économie agricole.
  • Mathématiques élémentaires pour l’optimisation.
  • Des connaissances en agronomie et sciences du sol seraient un « plus ».
  • De même que la pratique de l’informatique scientifique (ex : GAMS, R, QGIS), le goût pour la modélisation

Contexte scientifique :

Les pays signataires de l’Accord de Paris se sont engagés à limiter l'augmentation de la température moyenne à la surface de la Terre à 2°C, et si possible 1,5°C. Cela implique d’atteindre la neutralité carbone au niveau mondial d’ici la fin du siècle. La France s’est fixé d’atteindre cet objectif dès 2050. Le secteur agricole, qui contribue à environ 20% des émissions de gaz à effet de serre (GES) françaises, devra jouer un rôle important à cet égard. Trois leviers principaux sont envisageables : (i) réduire les émissions de gaz à effet de serre du secteur (N2O, CH4, et, dans une moindre mesure, CO2 dues à l’utilisation d’énergie fossile), (ii) fournir la biomasse susceptible de se substituer aux énergies fossiles, et (iii) accroître les stocks de carbone dans les sols et la biomasse aérienne.

 

La neutralité carbone ne pourra être atteinte sans mobiliser à la fois les réductions des émissions dont est responsable ce secteur et les puits de carbone qu’il peut permettre. Ces derniers seront notamment nécessaires pour compenser les émissions incompressibles dans l’agriculture comme dans les autres secteurs. L’initiative « 4 ‰ », visant à augmenter de 0,04% annuellement les stocks de carbone dans les sols, s’inscrit dans cette logique. Cet objectif nécessitera des évolutions profondes des pratiques agricoles, des systèmes de production et, éventuellement, des usages des sols.

 

Or, les pratiques ou usages des sols favorisant le stockage du carbone dans le sol peuvent affecter d’autres sources d’émissions, ou être en concurrence avec d’autres options de réduction des émissions de GES. Par ailleurs, les évaluations économiques de ces pratiques doivent rendre compte des aspects dynamiques et de l’incertitude qui caractérisent l’accumulation du carbone dans les sols et son éventuel effet positif sur les rendements des cultures.

 

Ce stage permettra d’explorer la question des possibles arbitrages entre pratiques stockant du carbone et celles réduisant les émissions.
L’analyse de ces questions pourra s’appuyer sur les données issues de travaux récents appliqués au cas de de la France (ex : Pellerin, Bamière et al, 2017, étude 4/1000 France en cours), qui renseignent les coûts et potentiels d’atténuation et de stockage associés aux différentes pratiques, et permettent de tenir compte de la diversité spatiale des conditions de production.

Durée :

5 mois entre mars et septembre 2019

Lieu :

INRA, UMR Economie Publique, Thiverval-Grignon (78850), accès train banlieue Paris-Montparnasse

Conditions :

Convention de stage à prévoir avec l’établissement d’inscription en M2

Rémunération Inra pour stage M2

Contact :

Laure Bamière (pilote économiste de l’étude 4/1000)

laure.bamiere@inra.fr

Annonce :

fichier à télécharger

Analyse exploratoire spatiale des services écosystémiques à l’échelle française et analyse des liens avec les usages des sols

Profil et tâches :

Etudiant en Master 2

Compétences recherchées :

  • Connaissances poussées en statistique et/ou économétrie appliquée.
  • Maitrise des logiciels de stat : R, Matlab est nécessaire.
  • Manipulation de bases de données et la maitrise des outils de SIG serait un plus.

Contexte scientifique :

L'objectif de ce stage sera d'analyser l'impact des politiques publiques dans le secteur des sols (cultures, prairies, forêts, urbain) sur un bouquet de services écosystémiques (Matière organique dans le sol, Pollinisation, stock de carbone, Rétention d'eau, Rétention des polluants, Qualité
de l'habitat,…). Il s’agit par exemple de politiques de subvention du maintien des forêts ou de taxe sur le retournement des prairies permanentes. Ces politiques peuvent affecter les différents services écosystémiques mais la nature des impacts dépend des liens de ces services avec les usages des sols ainsi que des variables biophysiques locales.

 

Le travail envisagé se fera en plusieurs étapes: (i) la caractérisation des schémas spatiaux des services écosystémiques avec des outils d’analyse exploratoire spatiale (autocorrélation spatiale positive/négative/nulle) (ii) modélisation des liens entre les usages des sols et les services écosystémiques à l’aide de modèles statistiques. (iii) simulation des impacts de politiques publiques dans le secteur des sols (cultures, prairies, forêts, urbain) sur les services écosystémiques

Durée :

A partir de mars 2019, au moins 6 mois

Lieu :

INRA, UMR Economie Publique, Thiverval-Grignon (78850), accès train banlieue Paris-Montparnasse, et Paris 5è

Conditions :

Co encadrement par les unités d'Economie publique et SAD-APT

Contact :

Raja Chakir raja.chakir@inra.fr

Francesco Accatino francesco.accatino@inra.fr

Annonce :

fichier à télécharger

Food, feed & fuels : analyse à l’échelle européenne dans un contexte de changement climatique

Profil et tâches :

Compétences recherchées :

  • Bases en micro-économie et économie de l’environnement ; économie agricole serait un « plus »
  • Mathématiques élémentaires pour l’optimisation
  • Pratique de l’informatique scientifique ou a minima intérêt pour cela (R, QGIS, GAMS, …)

Contexte scientifique :

Parmi les options évoquées pour réduire les émissions de gaz à effet à serre, la production de cultures pérennes est fortement discutée sous un angle « changement d’occupation des terres ». Il s’agit de reprendre ce point en analysant de plus près les relations entre cultures de ventes, prairies, et cultures pérennes à finalité énergétique.

Il faudra réaliser des simulations à partir d’un modèle d’offre agricole en intégrant dans l’analyse deux cultures pérennes à récolte annuelle, contrastées en termes de coût et de rendement, à l’échelle européenne avec un focus sur la France pour une version plus élaborée du module « biophysique » du modèle.

Durée :

au moins 5 mois sur la période mars-novembre 2018

Lieu :

INRA, UMR Economie Publique, Thiverval-Grignon (78850), accès train banlieue Paris-Montparnasse

Conditions :

Convention de stage à prévoir avec l’établissement d’inscription en M2
Rémunération standard Inra pour stage M2 (indemnité + transport)

Contact :

Pierre-Alain Jayet ou pierre-alain.jayet@inra.fr

Annonce :

fichier à télécharger

Régulation des émissions de gaz à effet de serre et promotions des biocarburants : analyse via une maquette en équilibre général

Profil et tâches :

Compétences recherchées :

  • Maîtrise du modèle standard en micro-économie, économie de l’environnement
  • Notion sur les modèles d’équilibre en économie
  • Pratique de l’informatique scientifique ou a minima intérêt pour cela (R, Mathematica ou équivalent, GAMS)

Contexte scientifique :

Partant d’une maquette existante, il faudra reprendre le modèle avec 2 biens agricoles substituts (type « blé » et « colza ») et susceptibles de fournir des biens alimentaires et des biens énergétiques, 2 biens énergétiques (type « essence » et « gazole ») disponibles pour la consommation finale et l’industrie d’un engrais, et l’engrais comme facteur de production agricole.
Dans le modèle, la terre est quasi-fixe, disponible pour les 2 usages agricoles (ou la friche).
S’approprier le modèle, réalisé avec 2 consommateurs/propriétaires des moyens de production, et prise en compte d’un « effet revenu ».

Reprendre le code (Mathematica, d’un usage très simple), éventuellement basculer en code R ou GAMS, et réfléchir aux options de politique économique :
(1) promotion des biocarburants,
(2) taxation des émissions de gaz à effet de serre (GES).
Revoir la question de la « neutralité » des biomasses à finalité énergétique en termes d’émissions GES (CO2 et N2O dans le modèle).
Réfléchir à l’intégration de l’élevage, de l’alimentation animale, et du GES CH4 dans la maquette.

Durée :

5 mois sur la période mars-novembre 2018

Lieu :

INRA, UMR Economie Publique, Thiverval-Grignon (78850), accès train banlieue Paris-Montparnasse

Conditions :

Convention de stage à prévoir avec l’établissement d’inscription en M2
Rémunération standard Inra pour stage M2 (indemnité + transport)

Contact :

Pierre-Alain Jayet ou pierre-alain.jayet@inra.fr

Annonce :

fichier à télécharger

Intégrer le secteur de transformation des biomasses en biocarburants dans les échanges entre secteur agricole et secteur du raffinage

Profil et tâches :

Compétences recherchées :

  • Bases en micro-économie, économie des ressources naturelles, économie agricole
  • Mathématiques élémentaires pour l’optimisation
  • Notion sur les modèles d’équilibre en économie
  • Pratique de l’informatique scientifique (GAMS, R, QGIS, ou même FORTRAN qui serait un « plus »)

Contexte scientifique :

La question du réalisme des objectifs européens de promotion des agro/biocarburants et de leur incorporation en mélange dans les carburants automobiles est posée. Il s’agit d’évaluer la capacité de l’UE à satisfaire ces objectifs de façon autonome, et/ou la nécessité de faire appel aux importations de biomasses et/ou de biofuels.

Une chaîne de modèles européens a été élaborée en commun, par l’Inra et l’Ifpen, pour traiter la question (offre agricole, transformation, demande de carburants). Il s’agit de l’exploiter, et de réfléchir en particulier à la mise à jour du module « transformation ».
L’exploitation du modèle s’entend comme la réalisation des simulations et le mode de traitement le plus approprié des résultats de l’optimisation (GAMS), en termes de quantités de biomasses (coproduits, cultures dédiées) utilisées pour l’énergie, de leur distribution géographique au sein de l’espace européen, et de « coût social » associé à la réalisation de l’objectif d’incorporation.

Durée :

5 mois sur la période mars-novembre 2018

Lieu :

INRA, UMR Economie Publique, Thiverval-Grignon (78850), accès train banlieue Paris-Montparnasse

Conditions :

Convention de stage à prévoir avec l’établissement d’inscription en M2
Rémunération standard Inra pour stage M2 (indemnité + transport)

Collaboration Ifpen (Rueil-Malmaison : Frédéric Lantz, Daphné Lorne, Valérie Saint-Antonin)

Contact :

Pierre-Alain Jayet ou pierre-alain.jayet@inra.fr

Annonce :

fichier à télécharger