En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal Logo AgroParisTech

Economie Publique

UMR Economie Publique

Réduire les émissions de gaz à effet de serre de l’agriculture française

L'Inra a identifié dix actions, portants sur les pratiques agricoles, pour réduire les émissions de gaz à effets de serre.

Reconnue comme un enjeu décisif pour l’évolution du climat, la diminution des émissions de gaz à effet de serre représente un objectif majeur auquel l’agriculture doit contribuer. A la demande des pouvoirs publics, l'INRA a identifié dix actions, portant sur des pratiques agricoles, permettant de réduire ces émissions sans réduction importante de la production. Le potentiel d'atténuation à l'horizon 2030 et le coût par tonne d'équivalent CO2 évitée ont été quantifiés.

 

Contexte et enjeux

Le poids de l'agriculture dans les émissions totales de GES (environ 20% pour la France) est tel qu'atteindre l'objectif français de division par 4 des émissions françaises à l'horizon 2050 impliquera nécessairement une participation de ce secteur à l'effort de réduction. La limitation des émissions en provenance du secteur agricole est néanmoins difficile à chiffrer et à mettre en œuvre du fait de la diversité, de l'interdépendance et de la variabilité spatiale des sources et des puits en jeu.

 

Résultat

L'analyse a mis en évidence un potentiel d'atténuation annuelle de 32 millions de tonnes de CO2 équivalent selon la méthodologie utilisée par les experts si l'ensemble des 10 actions (décomposées en 26 sous-actions) examinées étaient mises en œuvre simultanément sur l'ensemble du territoire métropolitain.

Un tiers environ de ce potentiel peut être obtenu avec un gain économique pour l'agriculteur. Les actions concernées portent sur des ajustements techniques permettant d'économiser des intrants sans perte de production. On peut citer, par exemple, la conduite des prairies (allongement de la durée du pâturage, accroissement de la part des légumineuses….), l'ajustement de la fertilisation azotée ou de l'alimentation des bovins et des porcs, les économies d'énergie pour les engins et bâtiments agricoles. Un deuxième tiers du potentiel d'atténuation peut être obtenu à un coût modéré (inférieur à 25 €/tCO2eq). Les actions correspondantes nécessitent des investissements spécifiques (par exemple méthanisation) et peuvent modifier le système de culture (réduction du labour, agroforesterie), mais donnent lieu à des réductions de charges (carburants) ou à des produits valorisables supplémentaires (électricité, bois). Enfin, le dernier tiers ne peut être obtenu qu'à un coût supérieur et requiert des investissements sans retour financier direct, des achats d'intrants spécifiques, du temps de travail dédié (cultures intermédiaires, haies) et/ou implique des pertes de production plus importantes (bandes enherbées réduisant la surface cultivée).

 

Perspectives

Ces résultats ont permis d'identifier les principaux leviers de réduction des émissions de GES dans le secteur agricole, d'en évaluer le potentiel d'atténuation et d'en chiffrer le coût. Ils soulèvent également des questions pour la recherche. Si certaines actions permettent de concilier réductions des émissions et hausse du revenu des agriculteurs, pourquoi ne sont-elles pas plus largement adoptées aujourd'hui ? Cela amène à s'interroger sur les freins et les barrières à l'adoption des pratiques et la nature des coûts d'atténuation (notamment prise en compte du risque et des coûts de transactions). Une autre question concerne la comptabilisation et le contrôle des émissions. Sur les 32 MtCO2eq identifiés dans l'analyse, seule une dizaine serait reflétée dans les inventaires nationaux d'émissions actuels du fait notamment de l'impossibilité de rendre compte de l'effet de certaines pratiques (par exemple les émissions de méthane par les bovins suite aux modifications des rations alimentaires, ou au stockage de carbone lié au non-labour ou l'agroforesterie). Enfin, le bilan GES complet de certaines pratiques (non labour, agroforesterie en milieu tempéré) doit être mieux renseigné. Cette étude devrait faciliter la conception ou la réorientation de politiques publiques destinées à réduire les émissions de gaz à effet de serre dans le secteur agricole.

 

Références bibliographiques :

Pellerin S., Bamière L., Angers D., Béline F., Benoît M., Butault J.P., Chenu C., Colnenne-David C., De Cara S., Delame N., Doreau M., Dupraz P., Faverdin P., Garcia-Launay F., Hassouna M., Hénault C., Jeuffroy M.H., Klumpp K., Metay A., Moran D., Recous S., Samson E., Savini I., Pardon L., 2013. Quelle contribution de l’agriculture française à la réduction des émissions de gaz à effet de serre ? Potentiel d'atténuation et coût de dix actions techniques. Synthèse du rapport d'étude, INRA (France), 92 p.

INRA, 2013. Quelle contribution de l’agriculture française à la réduction des émissions de gaz à effet de serre ? Potentiel d'atténuation et coût de dix actions techniques. Résumé de l’Etude conduite par l’INRA pour l’ADEME, le MAAF et le MEDDE.

INRA, 2013. How can French agriculture contribute to reducing greenhouse gas emissions? Abatement potential and cost of ten technical measures. Summary of the study conducted by INRA for ADEME, MAAF, and MEDDE.