En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal Logo AgroParisTech

Economie Publique

UMR Economie Publique

Manger local réduit-il les émissions de gaz à effet de serre liées aux transports ?

Contexte et enjeux

Nourrir une population de plus en plus nombreuse et de plus en plus urbaine implique de transporter des volumes de denrées alimentaires toujours plus grands sur des distances toujours plus longues. Du fait des conséquences environnementales du transport (utilisation d’énergie fossile, émissions de gaz à effet de serre), les systèmes alimentaires favorisant un approvisionnement local et des circuits plus « courts » suscitent un intérêt croissant.
La réalité de l’effet bénéfique sur l’environnement de ces systèmes pose néanmoins question. D’un strict point de vue environnemental, l’hétérogénéité des conditions de production peut en effet justifier un approvisionnement en provenance de régions éloignées si la production y est suffisamment plus efficace et/ou moins émettrice. Cet effet est bien documenté par des analyses de cycles de vie portant sur plusieurs produits agricoles. Un autre mécanisme, moins bien documenté celui-là, concerne les besoins accrus en surfaces agricoles autour des villes pour répondre à la demande urbaine locale. Ils tendent à accroître plus que proportionnellement les distances parcourues au sein de la région concernée. Comme les modes de transport utilisés au sein d’une région sont souvent plus émetteurs que ceux utilisés dans le transports longue distance, l’effet sur les émissions est ambigu. C’est sur ce second effet que se concentre l’analyse.   

Résultats

L’analyse repose sur un cadre stylisé original qui combine un modèle d’équilibre partiel multi-régions, une représentation explicite de l’allocation des terres entre usages urbains et agricoles, des flux de transports et des émissions associées, et des éléments d’économie géographique permettant de tenir compte des effets d’agglomération et de dispersion dans les analyses de bien-être.
Les résultats indiquent qu’un approvisionnement purement local ne permet pas nécessairement de minimiser les émissions liées au transport, et ce même en l’absence de différences de productivité entre régions. Ils montrent également qu’un approvisionnement local peut être compatible avec la minimisation des émissions et la maximisation du bien-être dans certaines régions (celles où les villes sont de taille intermédiaire), mais qu’il est préférable que les plus grandes villes importent tout ou partie de leur nourriture. Le seuil au-delà duquel l’approvisionnement local est défavorable aux émissions dépend de la distribution de la population urbaine entre les régions, des rendements agricoles et du différentiel d’émissions entre transports intra- et inter-régional.

Perspectives

L’analyse menée a permis de poser les bases d’un modèle stylisé combinant des éléments d’économie géographique, d’économie des transports et d’économie de l’environnement. Elle ouvre à la voie à des développements plus appliqués qui devraient permettre de mieux intégrer les déterminants des choix de localisation des activités agricoles, la concurrence pour le foncier et les émissions liées au transport des biens agricoles et alimentaires.

 

De Cara, S., Fournier, A., Gaigné, C. (2017). Local Food, urbanization, and transport-related greenhouse gas emissions. Journal of Regional Science. vol. 57, n° 1. pp. 75-108.