En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal AgroParisTech

ECOSYS Bienvenue

UMR ECOSYS - Ecologie fonctionnelle et écotoxicologie des agroécosystèmes

Vulnérabilité des agro-systèmes à l'ozone : Quels risques à l'horizon 2020-2030 ?

Fait marquant 2012 de l'UMR EGC

Olivier Bethenod, Jean-François Castell et Andrée Tuzet - 2012

Les estimations des niveaux d’ozone fondées sur les scénarios de l’IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change) indiquent une augmentation des concentrations moyennes au-delà des seuils acceptables pour le développement optimal des agro-écosystèmes. Dans les zones périurbaines les pics de pollutions seraient moins élevés mais plus fréquents. Prévoir les conséquences de ces changements de concentrations à l’échéance 2020-2030 implique d’améliorer de nombreux points de la chaîne de connaissances de la vulnérabilité des écosystèmes à l’ozone, obligeant à un changement d’échelle depuis le polluant jusqu’à l’écosystème en passant par la plante : détermination de la quantité d’ozone pénétrant réellement dans les plantes, et estimation des capacités de détoxication des plantes dans les nouvelles conditions climatiques (augmentation de la pollution de fond et de la fréquence des pics). Grace à l’amélioration de modèles (feuille, plante) ces modifications ont été déclinées selon les différents agro-écosystèmes, à l’échelle régionale et de l’Europe afin de prédire leur comportement en 2020-2030 et d’en estimer les conséquences socio-économiques. Les acquis importants concernent : la répartition entre les dépôts d’ozone stomatiques et non stomatiques, la description des dynamiques d'oxydes d'azote précurseur de l’ozone, la modélisation des capacités de détoxication du blé, la modélisation à l'échelle européenne du fonctionnement stomatique du blé, la détermination d'un indicateur de sénescence foliaire induit par l'ozone, et la prospective sur la modification de l'assolement provoquée par l'ozone en 2030.