En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal AgroParisTech

ECOSYS Bienvenue

UMR ECOSYS - Ecologie fonctionnelle et écotoxicologie des agroécosystèmes

RESCAPE 2015-2018

RESCAPE
Résistance des paysages agricoles aux transferts de pesticides dans les sols et les organismes vivants

L’intensification des pratiques agricoles est de plus en plus remise en cause, que ce soit pour des raisons socio-économiques, sanitaires ou environnementales. Lancé en 2008 à la suite du Grenelle Environnement, le plan Ecophyto a mis en évidence une réelle nécessité de trouver des leviers d’action pour diminuer les recours, que ce soit en matière de protection des cultures ou de fertilisation, aux intrants chimiques.

L’organisation du paysage peut influencer la répartition des intrants chimiques et plus particulièrement celle des pesticides, l’exposition des organismes vivants, les processus écologiques liés aux services écosystémiques - c’est-à-dire aux bénéfices que les humains retirent des écosystèmes et donc les fonctionnalités des écosystèmes. Démêler l’influence respective des modifications du paysage et des apports de pesticides sur ces différents paramètres constitue un défi scientifique dont sont susceptibles d’émerger des recommandations pour des pratiques agricoles durables.

Le projet RESCAPE - Résistance des paysages agricoles aux transferts de pesticides dans les sols et les organismes vivants, coordonné par Céline Pelosi, UMR Écologie fonctionnelle et écotoxicologie des agroécosystèmes (Inra, AgroParisTech), contribue aux efforts de recherche sur les effets des pratiques agricoles et de l’occupation des sols sur les effets non intentionnels des pesticides à l'échelle du paysage.

L’objectif de ce projet est d'évaluer l'impact des caractéristiques du paysage (composition et structure) et des pratiques culturales (en particulier des apports de pesticides) sur la résistance des paysages agricoles aux transferts de pesticides dans les sols, dans les réseaux trophiques et sur la perte de biodiversité fonctionnelle.

 

RESCAPE, en pratique

En pratique, RESCAPE prévoit l’étude de 60 fenêtres paysagères (1 km de côté) dans une plaine céréalière au sud de Niort, la Zone atelier Plaine & Val de Sèvre afin de pouvoir discriminer les effets respectifs des caractéristiques du paysage et des traitements pesticides sur les variables étudiées. In fine, l’objectif est d’identifier des paysages « à risque » ou « résistants » aux transferts et aux effets non-intentionnels des pesticides. Le but ? Proposer des outils de gestion du paysage qui permettent d’améliorer la résistance des agrosystèmes aux effets des pesticides et des bioagresseurs, tout en réduisant le recours aux pesticides.

 RESCAPE repose une large gamme de données cartographiques, d’utilisation des terres, de pratiques culturales et de biodiversité sur plusieurs groupes d’organismes, que complètent des enquêtes auprès des agriculteurs et des prélèvements de sol (caractérisation physico-chimique et dosage de pesticides) et d’animaux (vers de terre, carabes et micromammifères, pour dosages de pesticides) dans différents éléments constitutifs du paysage (éléments semi-naturels divers, parcelles cultivées). L’étude de la distribution spatiale des pesticides dans les sols s’appuie, quant à elle, sur le développement de modèles de transfert latéraux impliquant la dispersion atmosphérique.

 

RESCAPE, collection printemps-été 2016

Aujourd’hui, RESCAPE entre dans une phase opérationnelle.

Du 29 mars au 8 avril 2016, les scientifiques ont investi leur zone d’étude pour réaliser prélèvements et mesures. A l’automne prochain, des enquêtes seront réalisées auprès des agriculteurs. En parallèle, le consortium poursuit son travail de modélisation des dépôts atmosphériques des pesticides dans les éléments constitutifs du paysage et sur les modèles prospectifs d’impacts de l’organisation paysagère et de l’utilisation des pesticides sur la biodiversité. Sans oublier la constitution de base de données, destinées à être rendues publiques, constituée pour rassembler les données disponibles (extraction de données existantes, études de cartes et choix des fenêtres paysagères) ou en cours d’acquisition.

 

Le projet RESCAPE, en chiffres

Le projet RESCAPE réunit six partenaires d’instituts de recherche et d’universités françaises dont les compétences diverses permettront de mener à bien ses objectifs scientifiques et techniques.

Démarré en octobre 2015, Rescape s’achèvera en 2018 au terme de 36 mois de recherche. Il bénéficie d’un financement du Ministère en charge de l’Ecologie.