En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal AgroParisTech Université Paris-Saclay

SAD-APT UMR INRA Agroparistech

Présentation de Sophie Tabouret-Herriot

Innovation variétale en viticulture - Fongicides
Sophie Tabouret-Herriot

Sophie Tabouret-Herriot

Doctorante INRA

UMR SAD-APT INRA/AgroParisTech, équipe Proximités

INRA - 65, boulevard de Brandebourg - 94205 IVRY-SUR-SEINE

Courriel : sophie.tabouret-herriot@inra.fr

Téléphone: (33)0 00 00 00 00

Titre de la thèse : "Une viticulture sans pesticide ? Analyse des trajectoires et des controverses autour des innovations génétiques en Vigne"

  • Ecole doctorale : ED396 – Economie, Organisation et Société
  • Direction : Antoine Hennion (CSI-Mines Paris Tech)
  • Co-direction : François Hochereau (SADAPT-INRA)
  • Financement : La thèse est réalisée dans le cadre du projet DAS-REVI, financé par le programme Pesticide (2015-2018) du MEDDE[1] (aujourd’hui intégré dans le plan Ecophyto 2 du Ministère de l’Agriculture), qui concerne la problématique de la diffusion d’innovations variétales en vigne pour diminuer le recours aux fongicides. Dans ce cadre, elle est aussi financée par le métaprogramme SMaCH de l’INRA sur la santé des plantes.
  • Début de la thèse : automne 2015

En France, l’innovation variétale en viticulture a suivi différents évènements nécessitant l’utilisation de nouveaux cépages : la crise sanitaire du vignoble lié au phylloxera (création d’hybrides producteurs directs et de porte-greffes résistants), une crise économique de la filière qui a impulsé une volonté de faire évoluer la qualité du vin (interdiction de certains hybrides producteurs directs et incitations à planter des cépages dits « améliorateurs »). En parallèle, les acteurs des différentes filières vitivinicoles françaises se sont attachés à définir et à protéger leurs vins au travers de spécificités, notamment au travers des cépages utilisés (Vitis vinifera), des techniques de production (taille, mécanisation, terroir), des pratiques de vinification, ou des lieux de production, formalisant ces spécificités par des démarches de qualité (AOC, IGP).

Aujourd’hui, la viticulture est la culture la plus consommatrice en pesticides, notamment en fongicides, pour lutter contre deux bio-agresseurs principaux (oïdium et mildiou). Là où les expérimentations de nouvelles pratiques agronomiques permettent une diminution maximale de 20% de l’utilisation de ces fongicides, l’innovation variétale est porteuse de nouvelles promesses pour diminuer de manière drastique l’usage de produits phytosanitaires. De nouveaux cépages présentant des tolérances à ces deux maladies fongiques sont en cours de développement. Ces variétés sont issues de croisements interspécifiques (les gènes de résistance viennent de vignes non Vitis vinifera), ce qui interroge la nécessité d’une requalification de ces cépages et de leurs produits (notamment dans le contexte des signes de qualité où les listes de cépages sont fermées). L’introduction de ces nouveaux cépages dans le paysage vitivinicole français est un processus long qui requiert le passage de nombreuses épreuves en lien avec la classification des cépages ou la qualité des vins produits avec ces cépages, etc... La compréhension de cette succession d’épreuves sera au cœur de la recherche menée dans le cadre de cette thèse.

Cette thèse permet de questionner l’introduction de nouveaux cépages, en lien avec l’enjeu « d’écologiser » l’agriculture, conjugué à la redéfinition des pratiques viticoles et à la qualification des vins produits. Il s’agit de revenir sur le concept de variété (qu’elle soit ou non résistante aux maladies cryptogamiques) : qu’est-ce qu’une variété ? Comment se construit-elle ? Comment se définit-elle ? Comment s’élabore le vin produit ? Comment s’évalue-t-il ? Selon quels critères ? Cela nous amène à nous intéresser aux pratiques des professionnels (qu’ils soient chercheurs, viticulteurs, techniciens de la filière, metteurs en marché – négociants ou coopératives-) ainsi qu’à l’influence des consommateurs : comment évoluent leurs pratiques en lien avec les cépages ? Comment qualifie-t-on une « bonne variété » selon les professions, selon les terroirs, selon les procédés techniques de production et de transformation du raisin, selon le goût attendu d’un vin ? Comment, plus largement, le système socio-technique viticole (intégrant viticulteurs, conseillers, négociants, législateurs, etc.) appréhende plus généralement un changement d’encépagement dans le cadre d’une production et d’un marché du vin très règlementée ?

La thèse prendra appuis sur différents cas d’étude situés territorialement.